Share this photo on Twitter Share this photo on Facebook

casa mia

Posted by
flo (udine, Italy) on 7 September 2017 in Lifestyle & Culture and Portfolio.

Les souvenirs, ça se déforme, ça se plie et toutes les petites peluches du temps se figent entre les pages et cachent en quelque sorte le message. De plus, les codes ont été perdus, les clés oubliées. Ne restent que des parfums sur des fragments de peaux sans chaleur, des visages frôlés de très près, dans des gros plans que seul l'intime... Or, l'intime s'est envolé, des baisers il ne reste que l'amertume d'une salive évaporée. La trace d'une voix, son feutre particulier dans nos synapses, inaudible, reconnaissable.
L'ombre d'une main qui serrait la nôtre quand nous étions fatigués.
Nous les accumulons quelque part, nous les étirons, les cachons sous les matelas les plus sordides. Nous les repoussons quand ils font mal. Ils sont notre devenir pourtant. Mêmes les plus sales guident nos pas, pour oublier le reflet fétide du caniveau de nos peurs un jour, hélas, de face contemplées.Pour dépasser l'absurde des erreurs et des faussetés.
Et puis toutes les chambres secrètes qui chantent notre plus bel or, ces moments intouchables que rien ne fanera.
Ces tableaux parfaits que nous contemplons les soirs de solitude ou de doute comme on caresse d'un revers de main, la manche d'un vêtement abandonné, pendu là.
Ils sont doubles, violents ou d'une tendresse qui serre la gorge. Nous les portons sous nos plus petites peaux. Et ils guident nos mouvements et nos actes.
Souvenirs, cavalcade de mes pensées, honorez-moi ce soir de vos plus beaux portraits. J'ai besoin de vous pour avancer.

Canon EOS 5D Mark III 1/30 second F/4.0 ISO 640 24 mm

Canon EOS 5D Mark III
1/30 second
F/4.0
ISO 640
24 mm